Laissez-vous séduire par les charmes de cette petite cité médiévale : son château comtal et son donjon, la vieille église, les rues aux noms évocateurs, les tours, les maisons à colombages et hôtels particuliers de la fin du gothique et du début de la Renaissance.

En flânant dans le vieil Aurignac

Aurignac est connu des scientifiques du monde entier pour son abri sous roche où furent découverts et identifiés par Edouard Lartet en 1860 des outils typiques d’une période de la préhistoire, à laquelle il a donné son nom, devenant ainsi un site éponyme.

Aurignac – Le charme de la rue des Murs

35 000 ans d’histoire !

Perché sur son éperon rocheux à 404m d’altitude, le village fut aussi au Moyen-âge le chef-lieu d’une importante châtellenie des Comtes de Comminges qui édifièrent au 13ème siècle sur ce site naturellement défensif, un château, premier enclos d’une enceinte primitive. Deux nouvelles enceintes protégées par des remparts témoignent aux 15ème, 16ème et 17ème siècles de l’expansion économique du village définitivement rattaché à la Couronne de France en 1453.
Aurignac était réputé pour ses marchés d’étoffes et de bétail, ses poteries du quartier des Oulès et ses tanneries (près de 40 en 1727 !) qui produisaient des tabliers en cuir pour forgerons et maréchaux-ferrants.

L’église Saint-Pierre

Encastrée à l’ouest et à l’est entre deux maison d’habitation, s’appuyant au nord et à l’est sur les remparts de la 1ère enceinte du 13ème siècle dans lesquels elle est parfaitement intégrée, l’église fait partie du système défensif voulu par les 1ers seigneurs d’Aurignac. Sa position dominante l’a mise à l’abri des remous de l’histoire et de la démolition, contrairement à l’église Saint-Michel (1550) pour laquelle elle fut désertée pendant un certain temps.

On entre dans l’église par un porche supporté par quatre colonnes torses placées sur une balustrade pleine ornée de dessins du gothique flamboyant. Son remarquable portail est constitué par les matériaux récupérés de la chapelle des «Cinq Plaies» à l’église Saint-Michel. Le clocher présente dans sa partie haute une grande ouverture avec encadrement de pierre de décoration flamboyante discrète.

Le château Comtal

Entouré par des murs d’une épaisseur de 1,5m à 2m, il se présente sous la forme d’une enceinte rectangulaire quand on y ajoute la partie nord-est où se trouvait le logement du Comte. Les remparts sont renforcés par quatre tours d’angle cylindriques pleines et autrefois couronnées de créneaux. Le donjon était une tour de guet non couverte. On y accède par un escalier et par la porte d’origine. Cette énorme bâtisse, légèrement tronçonique s’élève à 18 m de hauteur sur un diamètre extérieur de 9,25 m à la base, pour 8,25 m au sommet. Il comprend 3 salles superposées. On y monte par un étroit escalier en spirale construit dans l’épaisseur des murs, entre deux tours concentriques.

On arrive à la 2ème salle qui communiquait avec celle du rez-de-chaussée par une ouverture carrée formant clef-de-voûte et dans laquelle on descendait par une échelle. Cette salle basse devait servir d’entrepôt. On continue la montée jusqu’à la 3ème salle puis au sommet du donjon avec ses dalles de pierre, d’où on peut y contempler le superbe panorama de la chaîne des Pyrénées et s’y repérer grâce à la table d’orientation. Accès uniquement l’été.

L’abri préhistorique

Abri préhistorique d’Aurignac

C’est en 1852 que Jean-Baptiste Bonnemaison, un ouvrier carrier d’Aurignac, découvre par hasard lors de travaux d’empierrement d’une route, un abri dissimulé par des roches recouvertes de végétation. En plongeant son bras dans une petite ouverture à flanc de colline, il extrait un os et découvre, derrière une dalle verticale, plusieurs squelettes et des dents de grands mammifères. La découverte est alors signalée au paléontologue Edouard Lartet qui se rend à Aurignac en 1860 et entreprend la fouille de l’abri.
En creusant, il met au jour un abondant matériel archéologique : silex taillés, bois de renne travaillés par l’homme, les restes d’un foyer et des ossements d’une faune aujourd’hui disparue (grand ours des cavernes, mammouth, hyène des cavernes, rhinocéros laineux…). Cette découverte majeure a un double retentissement scientifique pour Lartet. Elle lui permet de prouver «l’ancienneté géologique de l’homme» et de contribuer au développement d’une nouvelle discipline naissante : la Préhistoire.

Le Musée de l’Aurignacien

Il présente les traces matérielles et culturelles laissées par les premiers hommes anatomiquement modernes (Homo sapiens) qui vécurent en Europe il y a environ 36 000 ans. Les objets exposés se déploient dans un espace muséographique moderne, lumineux et parfaitement accessible. Le parcours mêle collections originales, facsimilés de pièces remarquables, cartes, chronologies, infographies, illustrations et petits films d’archéologie expérimentale pour mieux comprendre les gestes de nos ancêtres.

Infos pratiques

Office de Tourisme de la Destination Comminges Pyrénées
Bureau d’Information : 3 place de la Mairie, 31420 Aurignac
Tél : 05 61 94 77 61 – info@tourisme-stgaudens.com
Tchat en ligne sur le site web